Les plannings

Guem

Professeur de percussions

Percussions Percussions Percussions

Voir les cours du professeur

Niveau(x) :

Tous niveaux

Prochain cours :

Percussions le 1 mai 2017

Formation / Carrière

Professeur, auteur, compositeur, interprète, danseur, percussionniste, Guem est un fin praticien de la musique traditionnelle et de la musique de transe. Il maîtrise à la perfection les instruments de percussions, quels qu’ils soient.

Descendant des esclaves nigériens conduits au siècle dernier dans le sud de l'Algérie, Guem est plongé dès son plus jeune âge dans l'univers de la percussion du fait de la forte tradition familiale. Dans l’espoir de devenir footballeur professionnel, Guem quitte Alger pour Paris à 16 ans. Il joue alors en junior dans un club de première division, le Red Star de Saint-Ouen.

Le 14 juillet 1966, Guem monte sur scène pour la première fois lors d'un bal populaire. C’est le déclic ; à partir de ce moment, il est invité à jouer dans des bals et des cafés, notamment à Barbès, à Paris. Sa carrière démarre réellement en 1970, lorsqu’il est engagé par le Centre Culturel Américain ; Guem est alors musicien, danseur et professeur. Où qu’il aille, Guem enseigne les percussions qu’il lie systématiquement à la danse, art dont il est également un fin praticien.

Guem accompagne des personnalités aussi diverses que Michel Portal, Steve Lacy, Memphis SlimBob, Guérin Anthony Braxton ou Colette Magny, avant de se lancer dans une carrière solo pour développer son propre jeu.
En 1973 il enregistre son premier opus "Percussions Africaines", suivi en 1978 de l'album qui le fera connaître "Guem et Zaka", réalisé avec ses élèves du Centre Culturel Américain, Guem compose à cette époque son morceau le plus célèbre, "Le Serpent", réenregistré en 1996 pour le générique de l'émission "Ca se discute", présentée par Jean Luc Delarue.

Voyageur en soif de nouveauté, il n'a de cesse de se former à toutes les percussions (bongo afro-cubain, congas, djembé guinéen, derbouka...), et profite de ses expériences pour rapporter des rythmes des quatre coins du monde. Ainsi, parti pour un simple voyage d’un mois au Brésil, il y reste six mois ; il y enregistre son cinquième disque qui témoigne de sa vision du Brésil, "O Universo Ritmico de Guem" ou « quand les percussions brésiliennes retrouvent leurs racines africaines » en 1981, qui est réédité en 2001.

Entre mélodie et rythmes, force et douceur, spiritualisme et passion, Guem a enregistré une vingtaine de disques, s’est produit lors de nombreux concerts à travers le monde entier, et continue d’assurer ses cours de danse et de percussions au Centre des Arts Vivants. Guem conserve toujours la même volonté : offrir à la percussion une véritable place mélodique dans l'univers musical. Maître de tous les instruments de percussions, Guem a acquis au fil du temps un surnom qui lui sied à merveille : « l’homme aux mains d’or »

Le cours de percussions vu par Guem

Percussions africaines : Guem travaille avec ses élèves sur le djembe ou sur le doum doum. Il leur enseigne le rythme, celui qui vient du fond des entrailles, traverse le corps jusqu’aux mains et fait vibrer l’âme. Issues de nombreux pays, les percussions enseignées par Guem sont universelles.

Percussions orientales : Lors du cours de percussions orientales, Guem fait travailler ses élèves sur la darbuka. D’origine égyptienne, cet instrument traditionnel date de 1100 avant J.C., époque de l'antiquité Babylonienne ; il est répandu dans tout le monde oriental, du Maghreb au Moyen Orient. Indispensable pour accompagner la danse orientale, la darbuka, jouée du bout des doigts, libère des rythmes complexes.

 

 

Les plannings

Les cours : tous

Sauf exception (et stages), les cours sont planifiés à l'année jusqu'au mois de juillet.

Filtrer

Fil info

Valider le filtre